Nos bouchers sont à votre écoute

Notre équipe de bouchers s’engage chaque jour à vous proposer une viande de qualité et un façonnage sur-mesure. La passion du bon geste et du bon produit les guide au quotidien. Découvrez avec Christophe, Jean et Philippe pourquoi ce métier les prend aux tripes !

reportage client restaurant commercialreportage client restaurant commercial

Christophe NOILLETAS
Responsable de l’atelier de viandes de Brive-La-Gaillarde en Corrèze (19)

 

Question 1
Qu’est-ce que la maturation ?

C’est le fait de laisser reposer une viande plusieurs jours après son abattage afin que celle-ci s’attendrisse. 

Question 2
Pourquoi est-il si important de laisser la viande se rassir, se reposer ?

Parce que la qualité de notre viande repose sur la maturation (rigormortis). Si la viande est travaillée juste après son abattage, elle restera dure et peu goûteuse. Les enzymes qui divisent les protéines présentes dans la viande déploient leurs effets sous l’effet de la maturation, ce qui améliore la tendreté de la viande et notamment les collagènes (protéines) responsables de la dureté de la viande. En mettant la viande au repos, les substances comme la créatine et divers acides aminés sont libérés dans la viande ce qui lui confère sa flaveur caractéristique.

Question 3
Comment se passe la maturation ?

En réalité, il existe deux méthodes pour la maturation. Soit la maturation sur os : la viande est stockée à une température ambiante voisine de 0°C, ce qui donne de très bons résultats au niveau du goût. Soit la maturation s’effectue comme c’est généralement le cas aujourd’hui en emballage sous vide. Le processus est plus long mais n’altère en rien son efficacité. Nous pratiquons dans nos ateliers les deux méthodes selon les espèces ou les origines. 

Question 4
Combien de temps laissez-vous maturer la viande ?

Nous laissons maturer les muscles emballés sous vide 8 à 10 jours minimum... 

Question 5
Quels conseils donneriez-vous à vos clients afin de savoir si la viande est bien maturée ?

J’ai plusieurs conseils : d’abord à l’œil : lors de l’achat d’une pièce de viande, le client peut reconnaitre un muscle maturé en lisant sur les étiquettes de traçabilité, les dates d’abattage et/ou de mises sous vide. La couleur de la viande est plus foncée quand elle a maturé. Et puis au goût bien sûr ! La viande c’est comme le vin, les arômes s’intensifient en vieillissant !

Question 1 
Pourriez-vous présenter votre métier ?

Boucher de métier, je suis en charge la production au sein de l’atelier de Brive depuis 15 ans. Avec mon équipe expérimentée de bouchers, je contrôle la qualité et la régularité des produits bruts et finis, de la réception de la marchandise au conditionnement.

Question 2
Comment se passe le façonnage ?

Tout au long du processus de façonnage, je veille «au grammage» pour que le piéçage des muscles soit optimum. Le client attend de nous de la précision dans le découpage des muscles. Il souhaite respecter ses calculs de coût portion, il est donc soucieux et sensible au bon respect du poids de sa commande.

Question 3 
Quels conditionnements proposez-vous aux clients ?

L’atelier de Brive propose une large gamme de viande piécée fraîche avec une multiplicité de conditionnements, de quoi s’adapter à toutes les demandes des clients. De plus, certaines références comme l’entrecôte sont disponibles de 160 g à 350 g avec un large choix dans le conditionnement : sous-vide x2, sous-vide x 5, sous-vide x 10, sous atmosphère... 

interview boucher atelier briveinterview boucher atelier brive

Jean TOLSTAKOJINE
Adjoint du responsable de l’atelier de viandes de Brive-La-Gaillarde en Corrèze (19)

 

reportage client restaurant commercialreportage client restaurant commercial

Philippe BERTHELOT
Responsable production atelier de découpe de viande Superhalles Bretagne (35)

 

Question 1 
Pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Notre atelier est basé à Bréal sous Monfort, en Ille et Vilaine. Notre métier est le négoce et la transformation de viandes fraîches ainsi que la fabrication de saucisseries. D’une entreprise familiale, nous sommes passés à une organisation plus poussée en synergie avec les autres ateliers du Réseau.

Question 2 
Comment êtes-vous organisé ?

L’atelier est divisé en quatre parties : une salle pour le porc carcasse (désossage), un laboratoire pour la fabrication de saucisses/chipos/merguez, une salle de piéçage  pour le bœuf/veau/agneau/porc et une pièce pour tout ce qui contient de l’os (côtes/grillades etc.). Mon rôle est de transmettre les commandes et les impératifs des clients aux opérateurs.

Question 3 
Quelle est votre force ?

La force de notre atelier est son identité régionale. Notre saucisserie est par exemple à base de porc breton. Nous travaillons aussi du bœuf et du veau breton. Nous avons par ailleurs enrichi notre savoir-faire avec les agréments Bio et Bleu Blanc Coeur.

Un réseau, des hommes, au coeur de votre région

Notre réseau

Notre actualité

Votre compte en ligne